Al-Andalus, les royaumes hispaniques et l’Égypte : art, pouvoir et connaissance en Méditerranée médiévale. Les réseaux d’échange et leur impact sur la culture visuelle

 

Bote de kohl, cristal de roca

 

Ce projet, mené par une équipe multidisciplinaire, vise à approfondir l’étude des connexions culturelles et artistiques entre Al-Andalus, les royaumes hispaniques et l’Égypte durant la période médiévale, depuis l’étape précédant la conquête musulmane jusqu’à la disparition physique d’Al-Andalus et le déclin progressif de son héritage (entre le VIIe et le XVIe siècle).

L’objectif est d’analyser l’impact de ces réseaux d’échange sur la société, la culture et l’art péninsulaires, afin de mieux connaître le rôle important de la péninsule Ibérique et de l’Égypte dans la définition des cultures méditerranéennes, mais aussi les répercussions de ces relations sur la création des États modernes et de leurs valeurs identitaires.

La connaissance détaillée de ces relations nous permettra d’évaluer et comprendre de façon plus précise notre patrimoine au-delà des approches traditionnelles (orientalismes, dépendances culturelles, limites des frontières politiques et religieuses), et également d’avoir une vision enrichie de la contribution sociale, culturelle et artistique d’Al-Andalus et des royaumes hispaniques péninsulaires aux réseaux d’échange denses et fructueux de la Méditerranée médiévale.

 

Bote de kohl. Dibujo arqueológico


Le dialogue interculturel intense et la diversité multiconfessionnelle de la Méditerranée médiévale expliquent la présence de très nombreux témoins matériels dans les collections et musées espagnols et égyptiens.
Les ensembles monumentaux de Grenade, Cordoue ou Séville, inscrits au Patrimoine de l’humanité, doivent être interprétés au sein de ce contexte d’une Méditerranée globale.